TRIPTYQUE FILMS
 

LA LIBERTÉ

un film de Guillaume Massart

avec la participation à l'écriture d'Adrien Mitterrand

co-production Triptyque Films & Films de Force Majeure
distribution : Norte Distribution

2017 - 5:4 - HD - 2h26

ce film a été tourné au Centre de Détention de Casabianda, en Haute-Corse, avec le concours de la Direction de l’Administration Pénitentiaire du Ministère de la Justice & l'aimable appui de l’ensemble du personnel, de la Régie Agricole, du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de Haute-Corse, ainsi que de l’unité sanitaire

 



avec le soutien du CNC - Avance sur recettes avant réalisation,
du CNAP «Image/Mouvement»,
de la Résidence d’Écriture «Maison Bleue» de Contis - CG des Landes,
du Secours Catholique - Section Prison,
de l’Association Nationale des Visiteurs de Prison,
de la Collectivité Territoriale de Corse,
de l’AFC Umani - Fondation de Corse,
de l’Union Territoriale Corse CMCAS-CCAS,
du Centre Culturel Anima,
de l’Association PREFACE,
de Philippe Zoummeroff,
de Périphérie «Cinéastes en Résidence»,
de l'ARTAAS,
du Festival Entrevues Belfort - Films en cours,
de la Fondation Un Monde Par Tous
du Service Justice et Aumônerie de Prison de la Fédération Protestante de France

ce film a été sélectionné à l'aide à la post-production [Films en cours] du festival international du film de Belfort Entrevues 2016

 

Environ 130 hommes, condamnés majoritairement pour infraction sexuelle intrafamiliale, sont incarcérés dans le Centre de Détention de Casabianda, en Corse.

Ils passent les dernières années de leurs longues peines à travailler sur les 1500 hectares de champs bordés de mer de la seule prison dite « ouverte » de France.

Devant le jeune homme à la caméra, quelques-uns décident de briser le quatrième mur...

 

Enlevez les murs et la prison n’a plus de bornes, s’étend à perte de vue, devient l’arrière-plan de tout. C'est ainsi que, même ouverte, elle persiste. Une présence étrangère, la mienne, y demeure une anomalie. Aussi, très vite, les personnes détenues viennent me parler : l’échange, d’ordinaire, manque cruellement en prison. Ensemble, nous inventons une liberté de parole. Au détour de conversations d’abord banales, surgissent sans prévenir leurs souffrances, leurs espoirs, leurs culpabilités. Simplement. Chaleureusement. Il arrive même qu’on rie ensemble. Régulièrement, j’en ai le vertige.

 

Parfois, ils décident de me parler de ce qui les a conduits en prison : leur crime d’inceste. Ce crime qui condamne à jamais ; ce « poison », comme dira l’un d’eux, qu’ils ont transmis à leurs enfants. Ce tabou, dont l'évocation rend nauséeux. Je sais avec qui je passe mon temps. Je sais combien ces « hommes infâmes » — pour reprendre l’expression de Michel Foucault — sont pour beaucoup des « infréquentables ».  

Comment écouter cette parole ? Comment faire ce pas de côté nécessaire à la compréhension de l’autre, de celui que la société à laquelle j’appartiens a décidé d’exclure ? Et, puisque je l’écoute, est-ce à dire que je suis prêt à l’inclure de nouveau ?

 
  liberté
 
   PROJECTIONS :
 

Entrevues Belfort - Festival International du Film, Compétition Internationale, Belfort
(25 novembre-3 décembre 2017)

Entrevues Belfort

 

 
 
LA
 LIBERTÉ
liberté
liberté  

 

 

 

DÉFILEMENT HORIZONTAL FAITES DÉFILER VERS LA DROITE