TRIPTYQUE FILMS
 
DIANE SARA

Sara

 

Diane Sara vit et travaille à Paris. Après trois années passées à étudier le cinéma à l’Université Michel de Montaigne (Bordeaux III), elle poursuit son cursus universitaire à l’Université de Montréal. De retour à Paris, elle intègre le master 2 Professionnel Scénario-Réalisation-Production à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Libérée des études, elle s’adonne avec le même bonheur à ses activités de vidéaste, de plasticienne et de musicienne.

 
 

Que ce soit dans ses dessins, ses chansons, ses vidéos, ses essais documentaires ou ses installations, Diane Sara place l’exploration de l’intime et de la solitude au coeur de son travail. Cet intérêt pour l’introspection est présent dès son premier essai autobiographique, Waiting for my man, qu’elle co-réalise lors de son année d’exil à Montréal, en 2007. Cette vidéo marque le début de son travail artistique fondé sur sa propre expérience intérieure. L’année suivante, elle réalise La dernière dent de lait, sélectionné au Festival Tous Courts d’Aix-en-Provence. Par le biais de cette fiction, elle met en scène un épisode de sa vie personnelle : la perte de sa virginité.

 

Sont déjà présentes les thématiques qui nourriront son œuvre à venir : la solitude, l’exil, la souffrance psychologique, le rapport conflictuel au corps et la voix intérieure comme seul moyen de communication possible.

En 2011, elle réalise La Femme Enfant, poème visuel dans lequel elle revisite un événement populaire récent, par le prisme de sa propre personne : Britney Spears se rasant le crâne face à une foule de paparazzi. Véritable phénomène de festivals, La Femme Enfant obtient une mention spéciale au Festival Nikon 2011, parrainé par le Festival International de Clermont-Ferrand, et est sélectionné à Vidéoformes, aux Instants Vidéos, au Oslo Screen Festival ou encore au festival Newfilmmakers de New York, créé par Jonas Mekas.

 
 

Dans la foulée, elle poursuit son œuvre autobiographique et réalise Quand je serai grande, je serai footballeur, un journal intime documentaire que Triptyque Films produit. Exposé à la Galerie G à Paris, le film témoigne de son combat contre la dépression, qu’elle capture caméra au poing.

En novembre 2011, elle est invitée par la Galerie G à participer à l’exposition collective DO 1 MOVE Y0U, qui l’associe à l’artiste plasticien Jacques Perconte et lui donne l’occasion de réaliser l’installation D1S0RDER, construite autour de son séjour en clinique psychiatrique quelques mois plus tôt.

 

En février 2012, elle participe à l’exposition collective organisée par la Semaine de l’Art de Pauillac, à l’occasion de laquelle elle réalise une installation autour de sa vidéo La Femme Enfant. Cette même vidéo sera également exposée à la Galerie G dans le cadre de l’exposition collective De profundis ad stellam, où elle se voit associée à l’artiste plasticien Hugo Verlinde.

Diane Sara exposera ses travaux en novembre 2012 à la galerie Art Positions à Marseille. Lauréate du G.R.E.C. en 2012, elle développera dans ce cadre en 2013 un court métrage de fiction, Le Dernier.

 
 

 

 

 

DÉFILEMENT HORIZONTAL FAITES DÉFILER VERS LA DROITE